The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 55-56, 2007

Au Canada, une approche simple et innovante pour les enfants défavorisés

WINNIPEG, Canada — Lorsque les autorités sanitaires de la ville font leur tournée du matin pour ramasser les seringues usagées, ils commencent souvent par le quartier de Lord Selkirk Park au nord de Winnipeg, la capitale de la province du Manitoba, située au centre du Canada.

Ils mesurent ainsi l’étendue des problèmes de ce quartier tristement réputé pour abriter le plus faible revenu par habitant, le plus faible niveau d’éducation et le plus fort pourcentage de familles monoparentales de la région.

Malgré tout, une lueur d’espoir brille tous les dimanches matin pendant l’année scolaire : des dizaines d’enfants du quartier se pressent vers le centre communautaire de Turtle Island pour prendre leur petit-déjeuner, faire des travaux manuels, rencontrer des amis et essayer de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Lancé en 2001 par un groupe de bénévoles bahá’ís de Winnipeg désireux de mettre leurs idées et leurs talents au service des plus démunis, le « petit-déjeuner des familles » attire chaque dimanche environ 80 enfants et parents. C’est devenu « le rituel du dimanche matin », dit Nicole Richard, une maman qui s’y rend avec ses quatre enfants depuis environ deux ans.

Au début, les familles étaient surtout attirées par la perspective d’un bon petit-déjeuner gratuit mais elles sont aujourd’hui davantage intéressées par ce qui constitue la priorité du programme : le développement des qualités intrinsèques des enfants.

Il n’y a pas de cours en tant que tel mais les organisateurs utilisent une méthode interactive basée sur les travaux manuels, le dessin, la lecture et les jeux. Ce faisant, les bénévoles encouragent les enfants à bien se conduire en donnant eux-mêmes l’exemple. C’est ce point primordial qui fait que ce programme fonctionne là où tant d’autres ont échoué.

Chaque fois qu’ils font preuve de bonne conduite, les enfants sont encouragés à continuer. Des cartes représentant par exemple la courtoisie, la gaieté ou l’honnêteté, sont tendues à celui qui fait preuve de l’une de ces qualités.

« Notre but est que les enfants et les parents expérimentent ces qualités », dit Stéphanie Bloodworth, une bénévole. « L’exercice doit être interactif. »

Les observateurs extérieurs conviennent que cette méthode toute simple est efficace. « C’est difficile pour une organisation de mettre sur pied un programme qui attire des familles », dit Shon Haynes, ancien coordinateur des programmes au Centre Turtle Island. « Si je comprends bien, près de 80 familles participent au programme et je trouve cela stupéfiant. C’est si difficile d’organiser quelque chose pour des familles entières. »

Il ajoute que chercher à montrer l’exemple au lieu de faire des cours de « morale » plus traditionnels est une idée nouvelle. « Les ateliers ou réunions communautaires ont échoué dans la région pour la bonne raison qu’un seul individu montait sur scène en disant : ‘voilà ce qu’il faut faire’. Ici, c’est tout le contraire et c’est pour cela que ça marche et que toute la communauté apprécie. »

Devant le succès de ce programme, d’autres organismes sociaux ont commencé à s’intéresser au projet qui a alors reçu des fonds et des dons extérieurs.

Les organisateurs précisent que cette méthode a évolué au fil du temps, grâce à un processus d’action et de réflexion et aussi à l’application du principe de consultation prôné par les bahá’ís.

« Après chaque petit-déjeuner, nous nous réunissons avec tous les bénévoles et faisons le point », dit Sheila Pinkerton, bénévole depuis 2001 et chargée de la liaison avec le conseil local bahá’í de Winnipeg qui supervise le projet.

La première année nous avons accueilli environ une vingtaine d’enfants chaque semaine et avons connu quelques difficultés. « Les enfants s’amusaient uniquement avec les jouets », dit-elle. Nous n’avions aucun moyen de participer à leurs jeux sinon au moment du petit-déjeuner, en coupant leurs crêpes et en essayant de leur parler. C’était en quelque sorte l’instant de grâce. Cela mis à part, nous nous contentions de maintenir l’ordre. Ces enfants nous regardaient comme si nous étions un mur et semblaient dire : « Vous n’existez pas. Je ne vous parle pas. Je ne vous entends pas. »

« De plus, nous nous sommes rendu compte que des jouets disparaissaient d’une semaine sur l’autre. Alors nous nous sommes consultés et réorganisés. Les jouets ont été peu à peu remplacés par des travaux manuels réalisés sur place et qui pouvaient être emmenés par la suite à la maison. Les parents ont été également invités à participer aux activités. »

Le nombre de participants est allé croissant d’année en année pour atteindre jusqu’à 140 personnes. Afin de contrôler la situation, il a fallu limiter le nombre de participants à 80.

A l’heure actuelle, une vingtaine de personnes constituent le noyau central des bénévoles qui animent le projet et qui sont présents chaque dimanche de l’année scolaire.

Dan Trottier, coordinateur du Lord Selkirk Aboriginal Women’s Group, qui dirige aussi des programmes dans le Parc Lord Selkirk, affirme que le programme a été bénéfique pour la communauté.

« Cela remplit le vide du week-end », dit-il. « Cela aide les familles à se retrouver ensemble. Des activités sont prévues pour tous les groupes d’âge. Il est rare que les parents participent comme ils le font ici. C’est un programme magnifique, un programme dont nous avions grand besoin. »

— Canadian Bahá’í News Service



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017